Informez-vous

Fermer 1-Convention collective

Fermer 2-Convention simplifiée

Fermer 3 - COMMISSION PARITAIRE

Fermer AVENANTS C.C.N.

Fermer DEMANDES DE REVISION

Fermer Qui contacter?

Nos communiqués
MEDIAPOST-FO
en France
Les délégués

Fermer 1-DELEGUES CENTRAUX

Fermer 2-DELEGUES REGIONAUX

Webmaster - Infos
Les 12 dernières nouvelles


ELECTIONS DP 2017 - APPEL A CANDIDATURE - par MEDIAPOST FO le 24/08/2017 - 18:34

Appel à candidature
Elections DP décembre 2017

Vous souhaitez être candidat sur une liste FO, faites vous connaitre

Téléchargez le bulletin de candidature

Pour accomplir son mandat, le délégué du personnel dispose d’un crédit de 15 heures par mois hors réunion avec la direction.

Les délégués du personnel constituent le soutien le plus direct et le plus immédiat pour la défense des intérêts des salariés.

Ils ont une parfaite connaissance des situations locales et leur rôle est d’intervenir pour obtenir le règlement des problèmes aussi bien au plan individuel que collectif.

Sur chaque plateforme, ils sont le lien permanent entre les salariés et le RPF, ils sont les interlocuteurs pour traiter toutes les questions relatives aux conditions de travail, aux horaires et aux rémunérations.

Les conditions de travail ne cessent de se détériorer au sein de l’entreprise et justifient plus que jamais la mise en place de délégués du personnel déterminés à agir.

Nous ne vous ferons pas de vaines promesses, nous nous engageons avec vos délégués syndicaux à défendre en tout lieu de discutions vos conditions de travail et de rémunération.

Nous exigeons des protections individuelles pour chaque salarié quel que soit la taille de son contrat tant pour le personnel distribution que mécanisation.

Nous exigeons un salaire décent et non des  augmentations individuelles à la tête du client.

Nous exigeons que Mediapost confèrent des droits équivalents à l’ensemble du personnel.

Nous exigeons que Mediapost rémunère les IK à leur juste valeur.

Nous n’hésiterons pas à assigner MDP. Nous l’avons déjà fait, nous récidiverons s’il foule au pied vos droits, joue avec votre santé et votre intégrité physique, ignore votre mal-être et vous surcharge de travail.

Ces dirigeants qui, en négociation, nous en demandent toujours plus, qui rognent toute dépense sur vos plateformes, travaillent dans un centre de cout dénommé la TOUR CRISTAL. Cout 20 millions d’€ par an, ce sont les mêmes qui  ont des voitures de fonction de 55.000 € et vous demandent toujours plus de sacrifices.


UN BLOUSON POUR CHAQUE DISTRIBUTEUR EN 2018 - par MEDIAPOST FO le 27/07/2017 - 18:20

Un blouson pour chaque distributeur en janvier 2018 : quand la détermination des organisations syndicales fait plier la direction de Mediapost

A l'intiative de FO, une réunion intersyndicale se tient le 3 janvier 2017, réunissant les syndicats de Mediapost FO, CFDT, CFTC, SUD et CGC. L'objectif de cette réunion est de discuter d'éventuelles actions communes pouvant être menées au sein de Mediapost.

Parmi les actions décidées, l'une d'entre elles concerne le manque d'équipements individuels fournis aux distributeurs, particulièrement les blousons/anorak puisque que 40 % seulement des distributeurs en sont équipés. La direction de Mediapost refusant de fournir des équipements supplémentaires et refusant également de réunir l'Instance de Coordination des CHSCT sur ce sujet, les syndicats présents à la réunion décident de demander une réunion supplémentaire dans les CHSCT de chaque région pour demander des expertises.

Sur les 10 CHSCT de région qui composent Mediapost, 6 CHSCT suivent cette décision et demandent par vote une réunion supplémentaire : Méditerranée, Centre Pays-de-Loire, Nord Picardie Haute-Normandie, Aquitaine Poitou Charente Limousin, Centre Est et Rhône Alpes. Ces demandes de réunions supplémentaires sont faites d'après des résolutions proposées par FO et Technologia.

Les réunions supplémentaires des CHSCT ont lieu en mars et avril. Au cours de ces réunions, la direction reste sur sa position concernant les équipements : un blouson seulement pour les salariés de contrat supérieur à 20 h/semaine avec une ancienneté de plus d'un an. Par conséquent, les votes de demandes d'expertises sont réalisés dans chacuns des 6 CHSCT.

Le 20 mars, FO organise une réunion entre Technologia et les OS de Mediapost pour discuter des procédures en cours et des expertises. Des représentant de toutes les OS de Mediapost sont présents ainsi que pour Technologia Serban Hagau et Jean-Claude Delgenes Directeur Général.

Niant le manque d’équipements des distributeurs conduisant à ces demandes d'expertises, Mediapost décide alors d'attaquer en référé chacun des 6 CHSCT au TGI pour empêcher ces expertises de se réaliser. La société n'hésite pas a envoyer un huissier en plein CCE pour remettre un avis à un des signataires (coût 344 Euros), montrant ainsi sa volonté de vouloir faire plier les CHSCT. Mediapost assigne également au TGI les représentants des CHSCT Méditerranée et Centre Pays-de-Loire, leur demandant à chacun 2500 Euros parce qu'ils ont décidé de revoter une résolution plus complète que celle qu'ils avait votée au cours d'une première réunion.

Me Gaillard, avocat désigné pour représenter les CHSCT demande et obtient des reports des premières audiences. Le 5 avril, une lettre ouverte à la direction de Mediapost est réalisée et signée par tous les syndicats de Mediapost. Ce courrier rappelle que les effets négatifs sur la santé dus aux conditions climatiques difficiles nécessitent un équipement adapté. Le courrier précise également que l’exposition aux rigueurs du climat est pénalisante pour l'espérance de vie en bonne santé des salariés.

Le direction ne cède pas : elle maintient ses actions aux TGI et reste sur sa position concernant les équipements pour les salariés de contrat supérieur à 20 h/semaine avec un an d'ancienneté.

Fin mai, deux premiers jugements de TGI sont rendus, ils concernent les CHSCT Mediterranée et Centre Pays-de-Loire qui obtiennent des jugements favorables puisque les TGI les autorisent à voter une nouvelle résolution.

Suivant l'avis de ses avocats qui veulent éviter que Mediapost perde de la même façon les procès à venir, la direction de Mediapost cède enfin et propose alors de négocier un accord contre l'abandon des demandes d'expertises des 6 CHSCT.

Le 1er juin, les OS envoient à la direction une nouvelle déclaration commune signée par tous les syndicats demandant des propositions écrites et concrètes, un projet d’accord écrit et un engagement sur le paiement des honoraires de l'avocat des CHSCT Me Gaillard.

Une réunion de négociation se tient le 7 juin. La direction propose un accord qui mentionne que tous les distributeurs bénéficieront d'un blouson au 1er janvier 2018 : - des blousons/anoraks pour tous les distributeurs qui le souhaitent quelque soit la durée contractuelle, après la période d'essai. - des nouveaux blousons achetés régulièrement pour permettre un renouvellement tous les 2 ans pour les contrats de plus de 20 h/semaine, tous les 3 ou 4 ans autrement. - Des tests en septembre 2017 pour les chaussures des distributeurs et pour les gilets sans manches des magasiniers et la mécanisation.

Accord signé le 20 juin 2017 par FO, CFDT, CFTC, CGT et CGC. Toutes les OS ont signé l'accord sauf une.

FO a mené ce projet intersyndical depuis le début jusqu'à sa conclusion par un accord avantageux pour les distributeurs : un blouson pour tous sans distinction d'ancienneté ni de taille du contrat c'est à dire pour 100 % des distributeurs alors qu'aujourd'hui seulement 40 % sont équipés.


ON NE DEMANDE PAS L'AUMÔNE - par MEDIAPOST FO le 06/07/2017 - 14:34

On ne demande pas l'aumône

L'accord NAO vient d’être signé par la CFDT, CFTC et la CGC. Si on peut comprendre l’attitude plus que limite de la CGC - elle avait annoncée en négo qu’elle ne signerait pas, les maitrises et cadres ont pour une fois une dose très minime d’augmentation générale 0.3% - on ne comprend pas du tout la position de la CFTC qui signait si les 30% étaient acquis et de la CFDT qui avait fait part de son opposition et qui s’est ravisé comme à son habitude. Elles ont signé pour des queues de cerises.

A Force Ouvrière vos représentants à l'unanimité de ceux qui se sont exprimés ont refusé cet accord. FO aurait pu revoir sa position si l’accord avait été appliqué au 1/1/2017 et non au 1/10/2017.

Distributeur 1.1 à 35 heures: gain sur 2017 avec l’accord 7€40 X 3 = 22 € 20 brut Distributeur 1.1 à 35 heures gain sur 3 mois sans l’accord 4 € 44 X 3 = 13 € 32 brut

Le gain au 31 décembre 2017 pour les plus petits contrats est ridicule. Pour un temps plein la CFTC et la CFDT ont signé pour 22,20 – 13,32 = 8 € 88 soit une augmentation de 2€96 par mois ou 0,06 cts d’Euro de l’heure. On parlait de queue de cerise, c’est en dessous de la réalité.

Par ailleurs on nous apprend en CCE que les gains de productivité (réalisés en grande partie par les distributeurs) en 2016 représentent plus de 7 millions d’euros et on vous récompense comme à l’accoutumée avec des clopinettes.

Source BFP : .Sur la base des prévisions mensuelles, le taux d'inflation annuel devrait s'élever à 2,1% en 2017 , selon la même source l'inflation au 1/10/2017 sera de 1,575 % alors que Mediapost accorde "généreusement" 0,5% à l'ensemble du personnel, et vous demande encore et encore de faire des efforts. Il est vrai que le ridicule ne tue pas.

Savez-vous que depuis 2011, FO demande à la CFDT et la CFTC de dénoncer l’accord sur les IK signé par ces mêmes organisations à la NAO 2006 ? Si elles avaient dénoncé cet accord c’est le barème fiscal qui ferait référence.

Avec le barème fical, un distributeur parcourant 5000 km par an avec un véhicule de 4 CV aurait un gain en année pleine de 150 €.
Avec un de 5 CV 765 €.
Avec un de 6 CV 790 €.
Avec un 7 CV 925 €.


VOS DIRIGEANTS VOUS MENTENT - par MEDIAPOST FO le 13/12/2016 - 17:49

Vos dirigeants vous mentent

D'après un groupe d'experts, ce qu’il ressort des orientations stratégiques et du rapport d’expertise sur la politique sociale de MDP.

La reconfiguration du réseau :

- Devrait entrainer la diminution du nombre de salariés en équivalent temps pleins.
- Transformer les conditions de travail des salariés au risque d’engendrer un délitement des relations professionnelles.
- Accroitre la pression sur les distributeurs en rigidifiant leurs conditions de travail.
- Accentuer les difficultés pour les salariés les plus fragiles avec des possibilités d’évolutions inexistantes.
- Devrait entrainer une faible prise en compte des impacts sur les conditions de travail des salariés du réseau, notamment des distributeurs.

Il en résulte :

- Pas de parcours professionnel pour la plupart des salariés de Mediapost.
- Une politique salariale plus que limitée.
- Un temps de travail réel au-dessus des temps contractuels.
- Des distributeurs très majoritairement au niveau 1.1 quelle que soit leur ancienneté.
- Des augmentations en trompe l’œil, l’augmentation insidieuse de 0.5% allouée en octobre 2015 n’a perduré que 3 mois car rattrapée par la hausse du smic. De fait l’immense majorité des salariés ne bénéficie d’aucune politique salariale réelle.
- En mécanisation des niveaux de classification hétérogènes.
- Une surreprésentation des distributeurs dans les catégories de personnel soumises à des risques.

En conclusion : sous forme de postscriptum le groupe d’experts nous indique : "Les signaux donnés par le groupe quant à ses préoccupations concernant le devenir des salariés de Mediapost sont loin d’être positifs"


MAITRES-CHANTEURS ET DONNEURS DE LEÇONS - par MEDIAPOST FO le 30/10/2016 - 09:35

Maitres-chanteurs et donneurs de leçons

Cette déclaration préalable, fait suite à la mesure unilatérale relative à l’enregistrement du temps de travail des distributeurs annoncée au CCE du 11/10/16. Suite à la proposition d’accord inique « Projet d’accord sur l’enregistrement complet du temps de travail et l’équipement des distributeurs » proposé par MDP et relaté dans les I-MEDIA successifs, pour conditionner les employés distributeurs, afin qu’ils se retournent contre leurs Organisations Syndicales.

Cette déclaration reflète le perçu des adhérents FO Elle s’adresse principalement aux cadres dirigeants, ayant mené la négociation qui ont eu l’indécence de supprimer des acquis aux distributeurs, pourtant proposés par leurs soins, et validés dans leur précédente mesure unilatérale en mars 2015. Comme quoi il ne faut jamais croire aux promesses !

La posture de MDP nous fait penser au comportement d’un maitre-chanteur. Après avoir refusé toutes les avancées légitimes formulées par FO, MDP qui n’a jamais toléré que d’autres personnes puissent penser différemment, indique dans un I MEDIA que sans accord, les distributeurs seront privés :
- du temps repère majoré en cas de distribution simultanée de 2 ou plusieurs poignées d’une même feuille de route (« mutualisation »)
- d’un blouson et d’une paire de chaussures tous les deux ans (au mépris des articles L4121-1 -2 3, à croire que la santé de son personnel est le dernier de ses soucis)

Dans leurs propositions, ils plagient une revendication légitime formulée depuis 10 ans, de deux OS de MDP : 1 heure travaillée = 1 heure payée. Cela rappelle que pendant 10 ans, ils se sont payés sur la bête, et que vos salaires amputés durant toute cette période ont servi de variable d’ajustement de leur bilan.

Le compte n’y est pas ! La suppression des salaires payés au temps repère leur faisait économiser plus de 13 millions d’Euros. Qu’offraient-ils en compensation ? Une prime aléatoire de 310 € pour un temps plein, calculée avec des critères hypothétiques à leur convenance + une paire de chaussures et un blouson tous les 2 ans.

De qui se moquent-ils ? Nous sommes sidérés par leur mauvaise foi et les bras nous en tombent !
Ces dirigeants moralistes et redresseurs de torts veulent nous donner des leçons d’éthique. Ils en deviennent pathé- tiques. Après moult hésitations suite à une question concernant la répartition des coûts du siège (salaires + cout immobilier) ils ont admis que le siège n’était pas un centre de profit, mais un centre de coût. Un centre de coût à 20 millions d’€. (17 Millions de salaires + 3 millions de coût immobilier).

Les 10 plus gros salaires (1 530 000 €) font partie des donneurs de leçons. Ceux qui savent mieux que tout le monde, ceux qui affirment que leur vision est la meilleure, ceux qui ont une straté- gie de communication nulle (voir I-MEDIA), ceux qui vous assènent avec arrogance et assurance des contre-vérités. Ceux qui veulent vous faire faire des journées de 10 heures de distribution au détriment de votre santé. Leur vraie bévue, c’est d’être incapable de tirer les leçons de l’expérience.

Pour ces raisons parmi d’autres, nous avons refusé de signer un accord qui à nos yeux est perdant-perdant. Pourquoi performer sans aucune reconnaissance ? Se poser la question, c’est déjà y répondre. Travaillez à votre rythme, conservez votre santé, car vous n’en avez qu’une et n’écoutez plus les sirènes, car vous ne serez pas récompensés.


ON NOUS PREND POUR DES PIGEONS. LES MASQUES TOMBENT - par MEDIAPOST FO le 27/08/2016 - 11:32

On nous prend pour des pigeons. Les masques tombent

Pendant que les OS étaient réunis à Montrouge sur le projet d’accord de l’enregistrement du temps de travail, la direction organisait parallèlement dans le même tempo une conférence téléphonique des RPF sur la confection d’un I-media « comment faire avaler la pilule aux distributeurs » dans l’encadré ce qui change et ce qui ne change pas, MDP ose singer un slogan maintes fois répété depuis + de 10 ans par FO et SUD 1 heure travaillée = une heure payée. Le ridicule ne les effleure même pas. Ils osent nous parler d’équité alors que les efforts sont toujours demandé aux mêmes, c’est une constantes des têtes pensantes du siège, ils oublient toujours de balayer devant leur porte. Dans cette négociation Mediapost revient sur la structure même de de sa décision unilatérale.

En clair elle veut vous payer au temps enregistré et comme carotte elle vous propose un blouson imperméable et une paire de chaussures tous les 2 ans.

Elle demande aux organisations syndicales de faire des propositions sur une éventuelle compensation sur la disparition des doubles tours et sur la plus-value éventuelle liée au mode de distribution (vélo, scooter, marathonien etc.) de certains distributeurs. FO a déjà fait une proposition sur les doubles tours présentée par Pascal Boisson. La balle a changé de camp, c’est eux qui sont demandeurs, le chantage à la pérennité de l’entreprise ça ne marche pas, c’est trop facile de faire payer aux seuls distributeurs les erreurs de stratégie commises par certaines têtes d’œuf du siège. Nous ne voulons pas payer une énième fois le manque de courage et de lucidité dont MDP a fait preuve à l’égard d’ADREXO depuis plus de 10 ans.

Nous ne manquerons pas de faire des propositions, mais nous serons intransigeant, nous n’accepterons pas que la direction de MDP renvoie à la branche toutes les avancées demandées qui la gêne.

On ne nous achètera pas avec un blouson et une paire de chaussure tous les 2 ans.


COMMISSION MIXTE PARITAIRE DISTRIBUTION DIRECTE - par CTB HERVE le 03/03/2016 - 13:04

Distribution directe

Commission paritaire mixte du 1er mars 2016

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 1er mars dernier avec l’ordre du jour suivant :

1. NAO
2. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs
3. Information sur CleA socle de compétences
4. Changement de nom CQP Chef d’Equipe
La réunion a débuté sur les 2 derniers points de l’ordre du jour :

Le CQP Chef d’Equipe ou adjoint du responsable de centre devient Chef d’Equipe Distribution afin de n’avoir qu’un seul nom dans les 2 entreprises.
Un décret a initié une nouvelle appellation CleA pour le socle de compétences. Les branches auront à définir des actions qui permettront d’utiliser le CPF.

 NAO

Lors de la dernière réunion, le SDD s’est engagé à revenir vers les organisations syndicales avec une proposition concernant l’ancienneté. La réponse ne nous a pas surpris, c’est non car les entreprises ne peuvent supporter un tel coût !! soit 100.000 € dans les chiffrages qui auraient été faits.
Dans ces conditions, il n’y aura pas d’accord signé par les organisations syndicales pour la NAO 2016.
Le SDD s’engage donc à faire une recommandation patronale, à savoir le SMIC pour le niveau 1, maintien de l’écart de 81€ pour le niveau 2 et maintien des écarts pour toutes les autres catégories ce qui, selon le SDD serait un effort remarquable...
Un vif débat a repris entre les parties concernant la recommandation patronale de 300.000€ qui devaient être affectés au titre de la NAO 2014. En effet, les dirigeants d’Adrexo ont admis ne pas avoir respecté, à ce jour, leurs engagements et leurs explications « alambiquées » n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu !

* * * * *

Une interruption de séance a été demandée par les organisations syndicales afin de faire le point.

Après un tour de table, l’ensemble des organisations syndicales a décidé de suspendre les négociations sur la CCNV2. Elles souhaitent une rencontre avec le Directeur Général du Travail dans les plus brefs délais.

Pour FORCE OUVRIERE, le DGT doit prendre ses responsabilités en imposant aux entreprises l’enregistrement et le contrôle du temps de travail. L’usine à gaz qui nous est présentée dans leur projet n’est qu’un mirage pour mieux faire avaler les couleuvres aux salariés de la profession.

Après la reprise de séance, le débat avec le SDD n’a fait que nous conforter dans notre position. Les représentants d’Adrexo qui n’en sont pas à une provocation près, demandent aux organisations syndicales la remise en cause du paiement de la double tournée pour les poignées de plus de 500 Gr, le second tour n'étant, selon le DG d'ADREXO, pas "moral" ! ! ! Ce préalable est, selon eux, la meilleure manière pour négocier la nouvelle CCN afin d’aboutir à :

1 heure travaillée = 1 heure payée.

Par contre, la date ou cela se produirait n’est pas fixée… !

Pour FORCE OUVRIERE, TOUJOURS PAS DE CHEQUE EN BLANC

La séance est levée, la prochaine réunion n’est pas fixée !

Fait à Paris, le 2 mars 2016

Et nous souhaitons tous plein de courage à notre ami Hervé pour la nouvelle épreuve qu'il doit traverser ...

CMP FEVRIER 2016 - par CTB HERVE le 11/02/2016 - 17:33

Distribution directe
Commission paritaire mixte du 9 février 2016

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 9 février dernier avec l’ordre du jour suivant :

1. NAO
2. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.

 NAO

Le SDD après avoir étudié l’ensemble des propositions des organisations syndicales nous a fait une proposition minimaliste en ce qui concerne la grille des salaires, soit le SMIC pour le niveau 1, maintien de l’écart de 81€ pour le niveau 2 et maintien des écarts pour toutes les autres catégories.
Tout cela argumenté par une situation économique qui n’est pas très bonne, une situation difficile…
Cette proposition est inacceptable et nous avons rappelé que la prise de conscience des entreprises et l’augmentation du prix du 1000 aurait pu orienter les entreprises à procéder à une meilleure répartition des profits.

FORCE OUVRIERE a rappelé sa demande de révision de la Convention Collective qui légalement doit être abordée car il n’y a pas que les propositions patronales qui doivent être étudiées dans le cadre du paritarisme. Le fait que seule FORCE OUVRIERE ait déposé une demande de révision devrait faciliter les choses !

Cependant, dans le cadre des NAO il y avait d’autres propositions que la grille de salaires et notamment une augmentation de la prime d’ancienneté que l’on retrouvait dans toutes les propositions.

La NAO s’est donc terminée après une interruption de séance sur une proposition d’étude de la part du SDD sur le coût d’une telle mesure. Réponse à la prochaine paritaire !!

Une fois de plus la partie patronale nous sert la même réponse que les années précédentes. Mais cette année FORCE OUVRIERE ne se contentera pas d'une vague "recommandation patronale" à minima comme les années précédentes. Le débat est revenu sur l’application par ADREXO des 300.000 euros de la recommandation 2014.

 Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs

Le nouveau projet d’avenant nous a apporté une information majeure sur l’état d’esprit d’une des sociétés sur la mesure des « temps repères ». En effet, le présent avenant censé être mis en vigueur au 1er janvier 2017 ne peut s’entendre qu’après la détermination des temps repères sur l’ensemble du réseau de chaque société. Or une nouvelle proposition indique qu’en cas de retard dans l’achèvement de ses travaux, la mise en place serait différée d’autant de temps qu’il faudrait pour obtenir la totalité des temps repères !

Pour FORCE OUVRIERE cela est totalement inacceptable et ce que l’on demande aux organisations syndicales c’est ni plus ni moins qu’un chèque en blanc ainsi qu’une hypothétique mise en place à une date non déterminée !!

La mauvaise foi n’ayant pas de limites, la direction d’Adrexo nous a expliqué que l’équité voudrait que l’on applique les nouveaux temps repères qu’une fois que l’ensemble des secteurs serait mesuré !

Nous avons aussi eu droit à une explication due à un problème technique informatique pour pouvoir mettre en œuvre une mesure d’application des nouveaux temps repère au fur et à mesure. La vérité est qu'Adrexo a décidé d'utiliser ses "GPS" uniquement pour mesurer les distances et nullement pour mesurer le temps de travail. Or, c'est la mesure du temps de travail qui importe en la matière!

Quel que soit le logiciel, FORCE OUVRIERE ne voit pas ce qui empêche de mettre un nombre d’heures et un salaire sur une fiche de paie.

Par contre, le débat sur la poignée de 500 gr est revenu dans le débat par la voix du nouveau directeur général d’Adrexo, Patrick Puy, qui en fait un casus belli dans le cadre de cette négociation, celui-ci ayant par ailleurs le toupet de reprendre une des propositions de FORCE OUVRIERE :
1 heure travaillée = 1 heure payée.

Cela voudrait dire que l’on devrait abandonner le léger avantage que nous avons obtenu en attaquant Adrexo devant le Tribunal de Grande Instance d'Aix en Provence alors que les distributeurs ne sont toujours pas payés le temps qu’ils travaillent réellement sur le terrain et que la date ou ils le seront nous paraît bien lointaine quand on écoute les dirigeants d’Adrexo.

Pour FORCE OUVRIERE aussi, la poignée de 500 gr est un "casus belli" que nous ne sommes pas prêts de remettre en cause et ce n’est pas la signature d’un accord qui nous fera changer d’avis car déjà à l’époque, en 2013, la direction d’Adrexo avait signé pour une mesure rapide des temps repères de chaque secteur de distribution.

Notre revendication aujourd’hui est que les directions appliquent réellement le paiement réel des temps de distribution et pour cela, il n’y a pas besoin d’un accord signé, c’est dans ces conditions que nous commencerons à croire ce que l’on nous promet.

Enfin, nous avons proposé à Monsieur PUY de s’inscrire à L’émission de M6, PATRON INCOGNITO, dans le rôle de distributeur afin qu’il prenne la pleine mesure du temps de travail !!!

La séance est levée, la prochaine réunion est fixée au 1er mars 2016.

Fait à Paris, le 10 février 2016

FO EN PREMIERE PLACE CHEZ ADREXO !

Les élections professionnelles pour le renouvellement des institutions représentatives du personnel ont eu lieu le vendredi 5 février 2016.
FO renforce sa représentativité dans l’entreprise en passant de 22,02% à 27,25% soit un gain de 3,32%% par rapport au dernier scrutin. FO obtient la plus forte progression et devient la 1ere organisation syndicale dans l’entreprise. La liste FO arrive également en tête dans le collège Maîtrise avec 42.75% des voix. Nous remercions l’ensemble des salariés qui ont soutenu les différentes listes FO et les appelons à rester mobilisés pour le deuxième tour afin de confirmer leur choix aussi bien en Comité d’Entreprise qu’en Délégué du Personnel. Le Syndicat National de Presse, d’Edition et de Publicité FORCE OUVRIERE tient à féliciter et à soutenir l’ensemble des candidats pour les excellents résultats obtenus qui permettent à FORCE OUVRIERE de devenir le premier syndicat dans la branche de la Distribution Directe.

CMP DD JANVIER 2016 - par CTB HERVE le 25/01/2016 - 07:40

Distribution directe
Commission paritaire mixte du 19 janvier 2016

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 19 janvier avec l’ordre du jour suivant :

1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.
2. Bilan de branche
3. NAO

Après lecture d'une déclaration préalable élaborée et signée par l'ensemble des organisations syndicales reprochant au SDD d'avoir présenté un document de travail remettant à jour des notions qui avaient été écartées d'un commun accord entre les parties, faisant revenir la négociation à deux ans en arrière, la réunion commence.
Madame Catherine Daneyrole, nouvelle PDG de Mediapost se présente ainsi que Patrick Puy, nouveau directeur général d'Adrexo. Patrick Puy nous explique qu'il devra quitter la réunion de bonne heure car il sera dès cet après-midi nommé directeur général de SPIR en remplacement de Thierry Vallenet venu à la CMP voilà deux semaines.
1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs. FORCE OUVRIERE constate que le document reçu diffère sensiblement du document validé lors de la CMP du 8 décembre 2015 et s'étonne que l'avenant proposé suppose que l'ensemble des entreprises aient mesuré l'ensemble de leur réseau pour établir les "temps repère" nécessaires. Or il semble que des notes internes stipulent dans une entreprise qu'il n'y aura aucun recensement en 2016, sachant que l'entreprise n'a quasiment pas commencé les mesures décrites dans la méthode proposée.
Mais cela n'empêche pas le SDD de demander de signer l'avenant tout en mettant en suspens la date d'application. Les autres OS approuvent FORCE OUVRIERE, certaines apportent des précisions quant aux auteurs de la note ordonnant l'arrêt des travaux de recensement pour 2016 et toutes sans exception, à l'instar de FORCE OUVRIERE considèrent que nous ne sommes plus dans une négociation loyale et sincère.
Le SDD a enlevé tous les "codes couleurs" permettant de bien identifier les auteurs des modifications ainsi que les dates. Le texte est donc devenu illisible, d'autant plus que de vieilles définitions abandonnées refont surface.

Pour éclairer le débat, la Présidente de commission mixte constate en effet que les "codes couleurs" ne sont plus respectés et que des termes abandonnés refont surface. Elle demande plus de sérénité au SDD ainsi que plus de méthodologie afin de ne pas retomber dans les vieux travers.

Les Organisations syndicales parlent quasiment d'une seule voix et regrettent que les instructions données en interne sont exactement contraires au discours tenus en branche. Les Organisations syndicales remarquent qu'à ce jour, depuis octobre 2014 il y aura eu 4 directions différentes chez Adrexo venues négocier à la branche et que ce n'est pas un gage de stabilité.

Patrick Puy muet depuis le début de la séance et se contentant de noter le nom des intervenants prend alors la parole pour demander qui a écrit la note. Un des auteurs est présent et semble gêné. Après un silence Patrick Puy lâche "Dans une entreprises, les hommes n'ont absolument aucune importance! Ce qui compte c'est l'entreprise, rien que l'entreprise." Les représentants d'Adrexo présents encaissent... Puis il prend congé pour aller à son rendez-vous avec ses actionnaires.

Un des représentants de Mediapost propose de présenter des diapositives montrant le bénéfice d'avoir des poignées supérieures à 500 grammes au travers d'études théoriques basées sur le "temps repère". Deux exemples théoriques sont proposés. En aparté la PDG de Mediapost glisse à sa voisine qu'elle ne comprend rien aux calculs présentés qui de plus lui semblent complètement fantaisistes.

FORCE OUVRIERE rappelle que la méthode proposée est un seul outil de management, que sa place n'est pas dans l'avenant. Les Organisations syndicales constatent qu'il s'agit d'un simple cas d'école qui ne représente en rien, une fois de plus, la réalité. Devant le flot de critiques, le représentant du SDD considère que sa démonstration est terminée et il ne finit pas son exposé. La Présidente de la commission mixte constate que la poignée de 500 grammes constitue toujours un écueil et fait un tour de table. Unanimes, les Organisations syndicales rejettent la proposition patronale.
Puis se pose le problème de la mesure de la préparation à domicile et la mise en place d'un cahier des charges. Pour FORCE OUVRIERE le cahier des charges est simple et se réduit à la mesure du temps de préparation de divers types de poignées, poids de tournée dans un local de 10m2 comme le propose le SDD avec les "moyens du bord" (chariot de distribution, table de 80/120 ou 80/150) sans oublier les opérations de manutentions entre le local et le véhicule. Le SDD veut une fois encore impliquer le métrologue déjà auteur de l'usine à gaz servant d'épine dorsale à la CCNVE et une fois de plus FORCE OUVRIERE récuse la méthode qui "permet à un industriel d'obtenir une fabrication de série fiable, de produits aux caractéristiques répétitives" comme le métrologue du SDD décrit sa méthode. Nous savons que pour beaucoup de nos dirigeants, les distributeurs sont des outils, mais il y a une limite quand même au mépris des salariés. La Présidente de commission mixte clôt le débat et passe au reste de l'ordre du jour.

2.Bilan de branche
Le SDD communique sur les chiffres modifiés, n'ouvre pas le débat et informe que l'édition 2016 comportera les chiffres de 2015 avec mention de l'année N-1. Enfin le SDD accepte cette demande récurrente depuis des années.

3.NAO

La Présidente de commission mixte demande au SDD ses propositions pour la NAO. Il n'y en a pas à ce jour.
Puis elle demande aux Organisations syndicales. Seuls FORCE OUVRIERE et la CFDT ont une proposition.
FORCE OUVRIERE rappelle que depuis 2014 la NAO se solde par une recommandation patronale et la représentante du ministère nous informe que la DGT verrait d'un très mauvais oeil une troisième recommandation patronale d'affilée. Le SDD bredouille que la situation est difficile qu'il respecte le SMIC et qu'il n'a rien à se reprocher.

La représentante du ministère répond qu'elle appréciera en temps et heure la bonne volonté du SDD.
Elle rappelle que le SDD s'est engagé sur des dates pour fournir les documents nécessaires pour la bonne tenue de la commission mixte et elle veillera à ce qu'il n' y ait pas de retard.

La séance est levée, la prochaine réunion est fixée au 9 février à 9h30'

Fait à Paris, le 20 janvier 2016

COMM MIXTE PARITAIRE BRANCHE DISTRIB DIRECTE - par CTB HERVE le 06/01/2016 - 16:06

Distribution directe
Commission paritaire mixte

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 5 janvier avec l’ordre du jour suivant :

1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs. 2. Indemnités Kilométriques.

Après les traditionnels voeux de bonne année, la réunion commence en présence de Thierry Vallenet, directeur général de Spir-communication dont Adrexo fait partie. Il annonce l'arrivée prochaine d'un nouveau directeur général d'Adrexo en remplacement de Matthias Bauland dont le mandat n'a pas été renouvelé. Il fait le point sur la situation d'Adrexo qui a subi une perte de 15M€ en 2015 et dont il espère réduire les pertes de moitié pour 2016. Il nous informe d'une augmentation sensible et générale des prix, ce qui devrait, selon lui, influer directement sur la rémunération des distributeurs.

FORCE OUVRIERE se réjouit de cette décision qui devrait mettre fin à la spirale de dumping des prix mais reste dubitatif sur le fait que cela augmentera la rémunération des distributeurs. Certes, le discours est empreint de bonnes paroles et d'une volonté d'écoute, mais FORCE OUVRIERE et les autres OS ne font pas confiance à la branche et attendent des actes !
Thierry Vallenet répond qu'il n'y a aucun problème et pour montrer sa bonne volonté, annonce que le verrou des " 500 grammes" saute. Il valide la limitation de la poignée à 500 grammes dans un premier temps mais tient à ce qu'une commission détermine quel est le poids maximum admissible dans un proche avenir. En gros, il habille le bébé d'habits neufs, mais le sujet reste sur la table.
De bien belles paroles pour nous dire qu'en fait, dans les prochaines années le poids maximum admissible doit augmenter.

FORCE OUVRIERE rappelle que la poignée de 500 grammes a été un combat de longue haleine qui s'est plaidé devant les tribunaux à l’initiative de FORCE OUVRIERE et qu’un accord de fin de conflit a été signé à l’époque. FORCE OUVRIERE s'inquiète de la généralisation progressive de la mécanisation et qu'elle ne soit pas abordée dans le projet d'accord de branche. Thierry Vallenet répond qu'en ce qui concerne Adrexo, la mécanisation est réalisée par une entreprise du groupe totalement indépendante d'Adrexo.

Thierry Vallenet dresse le portrait de ce que sera Adrexo dans le futur. Aujourd'hui, il y a environ 20.000 distributeurs et il prévoit une première diminution des effectifs à 10-12.000 employés sans Plan Social car le turn over annuel des distributeurs le permettrait puis une seconde diminution à moins de 10.000 employés. Il indique que le contrat moyen à 12 heures actuellement passera à 24 heures.

FORCE OUVRIERE accompagné des autres OS rappelle qu'une heure payée dans la branche et particulièrement chez Adrexo équivaut à 2 heures de travail effectif et qu'avec les délais imposés, cela reviendrait à faire des journées de plus de 12 heures de travail. Il a tout prévu! Il va renégocier les dates butoirs de distribution avec les clients.
Thierry Vallenet rappelle qu'il y a un test en cours dans le Nord de la France basé sur le déclaratif et que les résultats seront disponibles et présentés à une commission de branche composée de salariés d'Adrexo. Les Organisations syndicales lui rappellent que les travaux de la branche sont communs et qu'il y a des CTB chargés justement d'étudier ces travaux. La proposition est bienvenue mais devra faire l'objet d'une réunion technique de branche.

FORCE OUVRIERE rappelle que des travaux ont déjà été faits dans le passé et que les résultats se font attendre. Le temps de travail effectif comptabilisé lors des tests n'a jamais été payé et les secteurs jamais réévalués. FORCE OUVRIERE demande comment il sera possible de réaliser plus de 60.000 étalonnages d'UG en respectant le cahier des charges avant la fin 2016. Thierry Vallenet rassure les membres de la commission en expliquant que tout est prévu et que des GPS sont commandés pour mesurer les secteurs.

1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.

Le Vice-Président du SDD, Florent Huille qui nous informe de son départ à La Poste dans les prochaines semaines, fait remarquer aux membres de la commission que depuis un an, nous sommes passés du concept de "préquantification" à celui d'enregistrement du temps de travail.
N'ayant pas soumis de nouveau texte, le SDD propose qu'une nouvelle commission se tienne le 19 janvier et la représentante du ministère insiste sur le fait qu'il est inadmissible d'envoyer les documents la veille pour le lendemain. Elle exige une communication des documents de travail au plus tard le 11 janvier, sinon elle ne participera pas à la Commission.

2. Indemnités Kilométriques.
Le SDD propose un avenant à l'avenant 12 signé par la CFTC, la CFDT et la CFE-CGC. Le SDD demande à ce que la révision soit trimestrielle au lieu de semestrielle.

FORCE OUVRIERE, non signataire, n'est pas concerné par l'accord mais rappelle que certaines bases de données choisies pour définir le taux d'IK sont erronées. En effet, l'amortissement des véhicules est basé sur une base "industrielle" qui n'a évolué que de 2% depuis juin 2008 alors que le même indice concernant les "ménages" lui, a augmenté de 11%. Pour le reste FORCE OUVRIERE considère que les bases servant au calcul de l'IK sont largement sous-évaluées et demande à ce que les signataires aient le courage de dénoncer leur signature.

Les signataires après avoir constaté que les remarques de FORCE OUVRIERE sur le calcul de l'amortissement sont justifiées et qu'ils ont été grugés lors de la signature de l'avenant semblent quelque peu embarrassés pour dénoncer l'accord. Ils doivent demander l’autorisation à leur fédération respective.

Constatant que même les OS les plus "consensuelles " semblent frileuses pour signer un nouvel avenant, d'autorité le SDD annonce qu'il n'y aura pas de négociation sur les IK!

Etonnamment, l'étude du bilan de branche ne figurait pas à l'ordre du jour alors que faute de temps, il avait été impossible de l'étudier lors de la CMP de décembre, FORCE OUVRIERE demandera donc au Ministère de mettre ce point à l'ordre du jour de la prochaine réunion ainsi que la NAO de branche traditionnellement mise à l'ordre du jour en janvier, après que l'augmentation du SMIC ait été mise en place.

Un calendrier des réunions est mis en place et la prochaine commission mixte est fixée au 19 janvier 2016.

FORCE OUVRIERE adresse tous ses vœux à l’ensemble des salariés de la profession en espérant que 2016 sera l’année ou chaque heure travaillée sera payée !

Fait à Paris, le 6 janvier 2016

COMM MIXTE PARITAIRE BRANCHE DISTRIB DIRECTE - par CTB HERVE le 16/12/2015 - 10:17

Distribution directe
Commission paritaire mixte

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 8 décembre avec l’ordre du jour suivant :

1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.
2. Indemnités Kilométriques.
3. Analyse du bilan de branche

En préambule, la CFTC fait une déclaration préalable affirmant qu'en l'état actuel et au vu des textes proposés, elle met fortement en doute la sincérité de la partie patronale et menace de ne pas signer le texte final devant l'immobilisme affiché des patrons. La CFTC est coutumière du fait. Elle s'emporte et jure de ne pas signer l'avenant et à l'ultime minute prend le stylo pour que l'avenant obtienne ses 30% de représentativité afin d’être valide (dernier en date : accord formation).
Madame Kaddour fait un tour de table et l'ensemble des OS s'accorde pour dire que le SDD se joue des Organisations syndicales et va même jusqu'à envoyer les documents de travail quelques minutes avant la réunion, histoire de freiner encore plus notre travail.

1. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs. Le Président du SDD, directeur général d'Adrexo nous informe que Madame Naudet est souffrante et appelée à d'autres fonctions et présente donc Luc Taclet chargé de la remplacer à la branche. Le débat s'engage tout d'abord sur l a nouvelle trouvaille du SDD qui s'appelle le poids moyen de la tournée. La distribution sélective amène à distribuer des poignées de contenance variable selon l'habitat et le SDD a inventé le concept de poids moyen. Sachant que les Stoppubs sont inclus, il convient de savoir s'ils sont pris en compte quand bien même il n'y a pas distribution dans ces BAL. Le SDD reste flou et FORCE OUVRIERE rappelle que dans ce cas la méthode est un artifice pour contourner la limite des 500g de la poignée.

Le président du SDD rappelle qu'il n'a pas mandat pour négocier en dessous de 700 grammes, limite minimum imposé par ADREXO. FORCE OUVRIERE demande si l'actionnaire a changé depuis septembre 2014 quand l'ancien "management d'Adrexo" validait la limite à 500 g. L'actionnaire est le même et FORCE OUVRIERE se rappelle que c'est cet actionnaire qui a signé un accord limitant la poignée à 500g lors de notre procédure devant le Tribunal de Grande Instance et demande à ce qu'il respecte ses engagements.

Concernant les documents, FORCE OUVRIERE rappelle que les Organisations syndicales devaient rendre leur copie au plus tard le 30 octobre, ce qui a laissé quasiment 1 mois au SDD pour répondre. Il aurait pu répondre largement avant le 27 novembre à 9h05'!

FORCE OUVRIERE rappelle le combat pour obtenir le respect des 500g. FORCE OUVRIERE ne transigera pas, les autres OS suivent notre position.

Devant le refus de toutes les OS de valider la demande du SDD de relever la poignée à 700 g, les patrons demandent une suspension de séance qui durera plus de 30 minutes.

Lorsque la négociation recommence, le SDD s'intéresse à la préparation et au défraiement du temps d'occupation du domicile.

FORCE OUVRIERE rappelle que pour des raisons uniquement commerciales, la distribution doit se terminer au plus tard le mercredi soir, ce qui oblige les distributeurs à venir chercher leurs documents le jeudi ou le vendredi. FORCE OUVRIERE demande donc que soit officialisée la date de prise de documents et qu'une partie de la semaine soit consacrée à la préparation et l'autre à la distribution. En effet, le SDD prétexte qu'il est impossible de commencer la semaine un autre jour que le lundi. Cela ne change pas le problème selon FORCE OUVRIERE qui demande à ce que le temps d'occupation des locaux soit intégralement pris en compte et non pas juste le temps imparti à la préparation.

Le SDD ne répond pas et informe que des tests de mesure du temps repère de la préparation à domicile auront lieu chez Adrexo dans la région lilloise et que les OS sont invitées à venir y participer. FORCE OUVRIERE demande si ces travaux seront supervisés par un métrologue. Le SDD répond par l'affirmative ajoutant que ce sera d'ailleurs celui qui a déjà établi les temps servant de référence aux "temps repère". FORCE OUVRIERE exige que la préparation soit mesurée sur des phases complètes de travail et non pas sur un saucissonnage de petits échantillons comme on l'a déjà vu. Si le métrologue met bout à bout des mini- séquences de quelques secondes qui seront multipliées par la quantité, FORCE OUVRIERE ne validera pas! Les autres OS emboîtent le pas et appuient FORCE OUVRIERE dans sa demande de mesures sur des feuilles de route complètes et non pas des morceaux mis bout à bout!

Le SDD continue son analyse de l'avenant et les remarques faites par les uns et les autres ont pour finalité de voir le SDD valider quasiment toutes les demandes.

Concernant les voies de recours, FORCE OUVRIERE insiste pour que la saisine puisse être faite par un DS, DP, membre du CHSCT ou du CE voire du CTB et ce, sans, contrairement aux demandes patronales, être dûment mandaté par le salarié. Etonnement, le SDD valide la demande.

Le dernier point abordé concerne la révision et la dénonciation de l'avenant, FORCE OUVRIERE propose que la dénonciation soit faite sur le principe de la double majorité pour la partie syndicale.

Faute de temps, les autres points ne sont pas abordés et la prochaine réunion est fixée au mardi 5 janvier à 9h30'. Cette réunion comportera la commission mixte le matin et la réunion technique l'après midi.

En fin de compte, la seule chose qui semble vraiment importer est la poignée de 700 grammes sur laquelle le SDD est inflexible et qui est un point bloquant pour l'ensemble des Organisations syndicales à ce jour!

Fait à Paris, le 14 décembre 2015.

NOUS VOUS SOUHAITIONS DE BONNES FETES DE FIN D'ANNEE wink

CMP DD OCT2015 - par CTB HERVE le 19/10/2015 - 18:51

Sous la présidence de Madame Sonia Kaddour représentante du ministère, une nouvelle réunion s’est tenue le 8 octobre avec l’ordre du jour suivant :
1. Indemnités Kilométriques

2. Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.

Le SDD informe l’assemblée qu’à l’issue de son assemblée générale, c’est Matthias Bauland(directeur général d’Adrexo) qui a été désigné Président, alors que Florent Huille( directeur général de Mediapost) restait Vice-Président.

• Les Indemnités Kilométriques
En préambule, Adrexo informe la CMP que la société a décidé de reprendre la méthodologie adoptée par Mediapost qui applique une révision trimestrielle de l’IK.
FORCE OUVRIERE explique qu’à la lecture des indices de l’avenant signé par 3 OS en 2008, il s’avère que l’indice servant à calculer l’amortissement est un indice industriel servant à des fins statistiques pour les organismes internationaux. Or, l’indice qui devrait être pris en compte est l’indice relatif à la « consommation des ménages » tout comme les autres indices pris en compte dans le calcul de l’indemnité kilométrique. Le SDD répond que l’indice choisi satisfait à ses besoins et qu’entendant la remarque qui est justifiée, il n’y a pas lieu de changer. FORCE OUVRIERE répond que l’indice choisi est stable depuis 8 ans alors que l’équivalent relatif à la « consommation des ménages » a progressé de plus de 10% ce qui fait que l’IK est largement sous-évaluée.
La seule réponse du SDD est de présenter un avenant à la signature aux 3 Organisations qui ont signé en 2008. Elles refusent de signer et considèrent que les constatations de FORCE OUVRIERE sont pertinentes d’autant plus que les postes « consommation » et « assurances » sont largement sous-évalués. Les patrons demandent une suspension de séance.

A la reprise des discussions, le SDD reste campé sur sa position quant à l’indice erroné et les OS signataires (CFTC-CFDT et CFE-CGC) informent que faute de propositions correctes lors de la prochaine CMP, il y a de fortes chances qu’elles dénoncent l’avenant avec toutes ses conséquences.
FORCE OUVRIERE pour qui la dénonciation est impérative explique qu’alors ce serait le barême fiscal qui s’appliquerait ! Ce qui ferait entre 0.568€/km (< 5000km/an) et 0.444€/km (10000km/an) pour une 6CV…

• Avenant portant révision de la convention collective de la distribution directe sur le temps de travail des distributeurs.
Le 6 octobre les OS ont été reçues par le DGT et après que FORCE OUVRIERE ait affirmé que nous étions dans un marché de dupes avec des promesses du SDD parfaitement irréalisables, l’ensemble des OS même les plus réformistes ont emboîté le pas soulignant un manque de confiance complet envers les membres du SDD.
Le DGT ayant répondu qu’alors, il fallait arrêter la négociation, ces mêmes Organisations se sont reprises et ont marqué leur volonté d’arriver rapidement à un accord. Conformément aux demandes du DGT qui propose que dans l’accord soit décrit un système de décompte du temps de travail qui soit le plus fiable possible. C’est pourquoi le DGT a préconisé un accord à durée déterminé et la mise en place de commission de suivi avant et après l’entrée en vigueur de l’accord.

Après une réunion préparatoire qui a pris en compte les recommandations du DGT, une synthèse est proposée lors de la commission mixte sous couvert d’une intersyndicale. FORCE OUVRIERE réfute le terme d’intersyndicale et considère que s’il y a consensus sur certains points, le compte rendu doit se recentrer uniquement sur les points de convergence apparus lors de la réunion préparatoire de la veille.
Il y a consensus concernant le poids de la poignée qui ne doit pas excéder 500 grammes. FORCE OUVRIERE s’oppose fermement au concept de « poignée pondérée » voulu par le SDD. Pour FORCE OUVRIERE c’est la montre qui détermine le temps de travail effectué et la balance qui indique le poids de la poignée. Avant ou après 2017 la poignée est limitée à 500 grammes pour FORCE OUVRIERE contrairement à certaines organisations qui ne refuseraient pas un compromis jusqu’à 700 grammes. Pour FORCE OUVRIERE avant toute mise en place, le SDD doit être en mesure de fournir les « temps repère » de tous les secteurs et il n’est pas question d’avoir une mise en place sans que l’ensemble des réseaux soient « échantillonné».
Pour FORCE OUVRIERE il est hors de question de maintenir une quelconque « quantification préalable » concernant la préparation et particulièrement quand elle est effectuée dans les locaux de l’entreprise.
Par contre FORCE OUVRIERE ne s’oppose pas à la mise en place de commission de suivi avant et après la date proposée du 1er janvier 2017 par le SDD. FORCE OUVRIERE propose que le SDD fasse à dates précises le point sur l’avancement des travaux. FORCE OUVRIERE exige que le temps de travail constaté ou déclaré soit payé et qu’en aucun cas, il ne soit mis sur un quelconque « compte modulation » payable au terme de la période de modulation. FORCE OUVRIERE demande aussi à ce que des bilans trimestriels sur les effectifs soient fournis. La réorganisation ne doit en aucun cas être utilisée comme outil pour réduire le personnel.

Le SDD entend ces demandes et propose que chaque organisation syndicale fasse remonter avant le 20 octobre les diverses demandes et modifications à apporter en appuyant particulièrement sur les points suivants :
1) Enregistrement du temps de travail.
2) Les temps de déplacements et abréviations ou acronymes.
3) Mise en place des commissions de suivi.

Bien entendu, FORCE OUVRIERE répondra à la demande et l’ensemble des délégués FORCE OUVRIERE sera consulté et la synthèse des différentes remarques sera présentée lors de la réponse envoyée au SDD. Bien entendu FORCE OUVRIERE participera aux travaux et veillera à ce que les intérêts des salariés soient respectés tout en veillant à ce que les informations fournies par le SDD soient conformes à la réalité.
Mais cela n’empêchera pas que FORCE OUVRIERE gardera son libre arbitre et que la participation aux travaux ne signifie en aucune façon que FORCE OUVRIERE souscrit aux souhaits du SDD de valider un accord, qui malgré tout reste problématique.

Le désir de ces Organisations Syndicales si promptes à signer tous ce qui se présente d’avoir un accord à durée déterminée montre bien les limites de l’accord proposé et le peu de confiance qu’elles ont dans la méthode proposée.
L’expérience nous montre qu’en France, le provisoire a souvent le goût du définitif et que revenir en arrière dans ce genre de système est quasiment impossible.

Après une nouvelle suspension de séance, le SDD décide d’annuler la réunion du 3 novembre, Une réunion de travail d’une journée sera organiser entre les Organisations Syndicales et la prochaine CMP aura lieu le 8 décembre 2015.

Paris, le 13 octobre 2015

 
Connexion...
 Liste des membres Membres : 926

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 404341  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 135

Le 01/02/2015 @ 13:03

Rejoignez nous!!!
Recherche



Calendrier
Recherche



^ Haut ^